mardi 30 novembre 2010

Cheesecake tout chocolat



Il a l'air sympa hein mon cheesecake tout chocolat ? Ouai. L'était bon, sauf que... on n'a pas pu manger le biscuit. Impossible pour mes convives et moi d'y planter la cuillère. Dommage. D'autant plus que j'avais pris la peine de faire un coulis de fruits rouges. C'est pas gravissime, mais j'aimerai quand-même bien savoir où j'ai m...dé. Les deux recettes sont tirées du "Cheeeese... cake" de Julie Schwob.

Ingrédients pour 6 cercles individuels :
- 140 g de cookies au chocolat noir
- 50 g de beurre mou
- 125 g de sucre
- 40 g de farine
- 100 g de chocolat noir patissier
- 40 g de cassonade
- 300 g de ricotta
- 150 g de fromage frais de type St Morêt
- 3 oeufs
- 1/2 cs de crème fraiche
- 1/2 cs d'extrait de vanille liquide

* Découper un ruban de papier sulfurisé de 8 cm de large et le faire tenir sur le bord intérieur du moule.
* Réduire les cookies en sable épais. Ajouter le beurre et la farine. Mélanger le tout pour obtenir une pâte sableuse. Répartir cette pâte sur le fond des cercles en remontant légèrement sur les parois, en tassant bien. Cuire 10 minutes à 180° et laisser refroidir.
* Faire fondre le chocolat au bain-marie et le laisser refroidir.
* Fouetter la ricotta avec le fromage frais. Le mélange doit être onctueux.
* Ajouter la crème fraiche et la cassonade.
* Verser le chocolat fondu froid, puis intégrer les oeufs un par un.
* Finir avec l'extrait de vanille liquide.
* Verser cet appareil sur les fonds précuits jusqu'à hauteur du cercle..
* Cuire 40 minutes à 180°. 
* Laisser au frigo au moins 12 heures avant de déguster.

C'est du béton !
Ingrédients pour 200 ml de coulis :
- 200 g de fruits rouges
- 75 g de sucre glace
- 4 cs de jus de citron
- des feuilles de menthe

* Réduire les fruits et la menthe en purée à l'aide d'un mixeur, puis passer le coulis au chinois pour oter les grains.
* Ajouter le sucre glace et le jus de citron.
* Laisser macérer 30 minutes pour que la menthe parfume bien les fruits. Conserver au frais.



lundi 29 novembre 2010

Minipains de viande

C'est en mars 2009 que j'ai fait pour la première fois ces minipains de viande de Sophie Dudemaine. Je me rappelle que c'était un vrai challenge pour moi à l'époque. Je me disais que ces "ronds" de viande ne pouvaient pas tenir debout durant leur cuisson au four ; que ça serait un miracle. Mais ça marche à tous les coups. En plus ça a l'avantage de se préparer à l'avance pour cuire quand les invités arrivent ; le temps de prendre l'apéritif, de manger l'entrée, et c'est prêt. No stress.



Ingrédients pour 8 minipains :
- 450 g de boeuf haché
- 225 g d'échine de porc haché
- 225 g de veau haché
- 8 tranches de poitrine fumée
- 1 branche de céderi émincée finement
- 1 gros oignon émincé finement
- 2 gousses d'ail hachées
- 1/2 bouquet de ciboulette ciselé
- 1/2 bouquet de persil plat ciselé
- 2 oeufs
- 50 g de chapelure
- 4 cs de ketchup
- 2 cs de sauce soja
- 2 cs de sauce Worcestershire
- 2 cs d'huile
- 1/2 cc de sel fin
- 1/2 cc de poivre


* Dans une sauteuse avec 2 cs d'huile faire revenir les oignons avec le céleri et l'ail durant 15 minutes. Retirer du feu et laisser tiédir.
* Pendant ce temps dans le bol du robot (ou avec un grand saladier et ses petits bras) rassembler les viandes, le reste des ingrédients sauf la poitrine fumée, et ajouter les légumes froids pour tout mélanger intimement.
* Sur une plaque avec un papier sulfurisé et à l'aide d'un cercle à pâtisserie, former en tassant légèrement, 8 pains de viande. Le cercle retiré, entourer la viande d'une tranche de poitrine fumée que l'on fait tenir à l'aide d'un cure-dent (on n'hésite pas à étirer la tranche pour la faire chevaucher).
* Faire cuire au four préchauffé à 160° durant 50 minutes.


Cette fois, j'ai accompagné ces pains de viande d'une purée de potimarron (cuit avec un bouillon de volaille, et agrémentée de crème fraiche et de muscade) et de vitelotte (pomme de terre violette, du jardin) sautée.

samedi 27 novembre 2010

Biscuits au mascarpone


On n'est pas encore arrivé au dimanche de l'Avent que l'envie de biscuits de Noêl se fait sentir. Ca doit être à cause de ma petite enfance : j'ai passé cinq ans entre Lutzelbourg et Sarrebourg. J'avais une mamie d'adoption qui parlait couramment l'Alsacien, et qui me racontait plein d'histoires. Quand il y avait beaucoup de neige ma mère m'amenait à l'école sur la luge. Il faisait parfois tellement froid que  le canal était  gelé ; du coup on pouvait le traverser à pied. Le rapport avec les biscuits ? St Nicolas. Vous savez ces pains d'épice en forme du personnage, avec un glaçage royal et son image sur le dessus ? Il suffit que j'en croque un pour que tous mes souvenirs reviennent à la surface. Dommage que cela soit si dur d'en trouver par ici... Enfin bref, c'est parti pour la saison de tout ce qui peut ressembler à des bredele. Or, il y a quelques jours j'ai fait la tarte au chocolat blanc et aux clémentines qui était si bonne, et il me restait la moitié du pot de mascarpone. D'où l'idée de faire ces petits biscuits au mascarpone que j'ai parfumé à l'anis. Ce sont les "grands" que je garde qui se sont amusés à les découper avec les emporte-pièces.

Ingrédients : les mêmes que pour la pâte de la tarte + 2 cs de grains d'anis. J'ai mis la boule de pâte 2 heures au frigo avant de l'étaler. Une fois découpés, ils ont cuit 20 minutes à 180°.


Il neige !!!


 Ben ça alors ! De la neige un 27 novembre ! Y'a plus de saison ma pauv' dame... Voilà ce que j'ai découvert ce matin en ouvrant les volets côté jardin. Vite, écouter la météo de Télématin... le Lot en alerte orange (c'est à deux pas d'ici), mais 9° de prévu pour cet aprèm'. Ouf ! ça ne devrait donc pas durer. Bon ben je retourne à mes fourneaux, histoire de mitonner quelque chose de sympa pour les deux gourmets qui viennent manger ce soir. D'où quelques recettes en perspectives sur le blog... 


vendredi 26 novembre 2010

Tartelettes au chocolat blanc et aux clémentines

Un autre joli blog : "Alter gusto" de Carole. Et un coup de foudre pour ses tartelettes au chocolat blanc et aux clémentines. Que dire si ce n'est que c'est une vraie tuerie ?! si, c'est la pâte qui m'a interpellée : elle se fait avec du mascarpone. Alors pas de blabla, suivez-moi sans plus attendre.


Ingrédients pour 6 tartelettes (et non 4) :
- 160 g de farine
- 50 g de poudre d'amande
- 120 g de mascarpone
- 50 g de beurre mou
- 45 g de sucre en poudre
- 120 g de chocolat blanc à pâtisser
- 6 ou 7 clémentines
- 2 oeufs

* La pâte : dans le bol du robot mélanger le mascarpone avec le sucre et le beurre mou. Ajouter ensuite petit à petit la farine mélangée à la poudre d'amande. On doit obtenir une boule. L'étaler au rouleau à pâtisserie sur du papier sulfurisé sur 2 ou 3 mm d'épaisseur. La recouvrir de film alimentaire pour la mettre au frigo pendant 1 heure à 1 heure et demie.
* Garnir les moules de pâte et enfourner 10 minutes à 160°. A leur sortie baisser le four à 140°.
* Pendant ce temps : râper le chocolat.
* Prélever le zeste de 4 clémentines (bien lavées) et 120 ml de jus (6 clémentines pour moi).
* Chauffer le jus de clémentine.
* Dans un saladier battre avec le fouet à main les oeufs,  le chocolat râpé avec  le jus chaud jusqu'à ce que le chocolat ait bien fondu.
* Remplir les tartelettes précuites de cet appareil et enfourner 15 minutes.
* Laisser refroidir et mettre au frigo quelques heures avant dégustation.
* Pour le service mettre 2 ou 3 segments de clémentine sur le dessus (sans la petite peau).


jeudi 25 novembre 2010

Terrine de jambon aux oeufs durs du Morvan

Il y a peu de temps j'ai découvert le blog de Lilo "Cuisine campagne", et je le trouve magnifique. En allant dans ses archives je suis tombée sur la terrine de jambon aux oeufs durs du Morvan. Tout de suite j'en ai eu l'eau à la bouche. A priori, rien que de bonnes choses, si ce n'est le pied de veau. Alors là... que fais-je ? Je me tâte, je tergiverse, je me gratte sérieusement le crâne, oui ? non ? et finalement je me lance. D'autant plus qu'elle dit que c'est indispensable à la cuisson, mais qu'après on peut en faire l'impasse . A signaler : il faut prévoir deux jours de préparation.


Ingrédients :
- 800 g de talon de jambon cru (de pays, de Bayonne...)
- 1 pied de veau
- 5 oeufs
- 2 petites carottes
- 1 oignon
- 4 clous de girofle
- 6 baies de genièvre
- 2 feuilles de gélatine (1/2 de plus pour moi)

* J-2 : dessaler le jambon pendant 12 heures (une nuit) dans un saladier plein d'eau froide, au frigo.
* J-1 : 
- cuire les oeufs durs (9 minutes) ; les écaler, et y faire des petits trous à l'aide d'une fourchette (pour qu'ils prennent bien le goût du bouillon)
- rincer le pied de veau à l'eau froide
- peler les carottes et les couper en rondelles
- éplucher l'oignon et y planter les clous de girofle
- dans une grande marmite mettre le jambon, le pied de veau, les oeufs durs écalés, les carottes, l'oignon, les baies de genièvre ; recouvrir le tout d'eau froide non salée ; porter à ébullition et laisser bloublouter 2 heures (le jambon doit être bien tendre).
- faire ramollir les feuilles de gélatine dans un bol d'eau froide
égoutter au dessus d'un saladier pour récupérer le bouillon tous les ingrédients
- couper grossièrement le jambon et les carottes
- chemiser un moule à cake de film alimentaire
- délayer dans 500 ml de bouillon encore chaud la gélatine bien essorée
- mettre une première couche de jambon éffiloché, puis poser les oeufs les uns derrière les autres en les insérant bien dans la viande ; verser un peu de gelée liquide ; finir de poser le jambon et de verser la gélatine
- recouvrir le moule de film alimentaire
- poser un poids dessus
- mettre au frigo 12 heures (jusqu'au lendemain)



* jour J : présenter la terrine sur un plat à cake, avec des cornichons, de la moutarde, et une petite salade. Du bon pain maison, et le tour est joué. C'est trop bon.

Et le pied de veau ? Quand je l'ai dépiauté après cuisson j'ai cherché désespérément la viande. En fait, y'a pas. C'est que des os, plein, et du cartilage. C'est les chats qui on été contents du coup...



mercredi 24 novembre 2010

gratin de potimarron et poivron

Y'avait longtemps hein que je n'avais pas fait un gratin ? Au potimarron qui plus est... Oui mais cette fois j'ai fait un gratin de potimarron et poivron, avec du veau, qui s'inscrit parfaitement dans le régime Dukan. Hé oui, y'avait longtemps que je ne l'avais pas cité celui-là. Tous les ingrédients sont autorisés ; même le râpé dans la mesure où on met de l'allégé. Mais si c'est bon qu'j'vous dis quand-même !


Ingrédients :
- 375 g de veau haché
- 3 poivrons verts
- 1 potimarron
- 70 g de fromage râpé

* Faire revenir la viande dans une poêle sèche. Verser dans le plat à gratin, en gardant son jus dans la poêle.
* Cuire le poivron pelé, épépiné, coupé en petits morceaux, dans la poêle avec le jus de viande.
* Pendant ce temps, dans une casserole cuire le potimarron pelé et coupé en morceaux juste recouvert d'eau 6-7 minutes. Egoutter.
* Dans le plat à gratin rajouter par dessus la viande le poivron cuit, puis le potimarron en morceaux ou écrasé à la fourchette.
* Recouvrir le tout de râpé.
* Enfourner à 180° 30 minutes.

mardi 23 novembre 2010

Muffins à l'abricot

Après avoir fait les calissons (hummmm...) il me restait les trois quarts du bocal de la confiture d'abricot ; or, la confiture chez nous, c'est pas ça. On va en mettre une fois ou deux sur des crêpes et généralement on oublie le pot, qui moisit. Alors il fallait que je trouve quelque chose pour l'écluser. J'ai donc détourné une recette pour faire des muffins à l'abricot que j'ai cupcakisé en les couvrant de glaçage royal (ça aussi il y en avait trop pour les calissons). C'est dans "Cookies et muffins" de Cécile Jeanne (un de mes anciens livres préférés) que j'ai pioché la recette initiale au miel.


Ingrédients pour 24 gâteaux :
- 95 g de beurre 1/2 sel
- 50 g de sucre rapadura (ou du cassonnade)
- 2 oeufs
- 220 g de farine
- 1/2 sachet de levure chimique
- 1 cc de bicarbonate
- 120 g de jus d'orange
- 120 g de confiture d'abricot

* Dans le bol du robot, avec la feuille (ou avec un saladier et les petits bras), fouetter le beurre et le sucre.
* Ajouter sans cesser de mélanger les oeufs, la farine, la levure, le bicarbonate, puis le jus d'orange et la confiture.
* Verser cette préparation dans un moule à muffins, avec des caissettes en papier.
* Enfourner 15 à 20 minutes, à 190°.
* Pour le glaçage royal (facultatif) : 1 blanc d'oeuf battu en neige et 150 g de sucre glace. L'appareil doit ressembler à de la crème fraiche épaisse. Etaler sur les gâteaux et laisser sécher à l'air libre.


Ces muffins sont hypermoelleux, parfumés, et sucrés juste ce qu'il faut.

lundi 22 novembre 2010

Calissons d'Aix

Je vous avais dit cet été que j'avais craqué dans une boutique de la Cure Gourmande pour des calissons d'Aix. Hé ben si on m'avait dit qu'un jour j'en ferai... Et puis en me promenant sur le blog Cakes in the city (de Camille qui est d'Aix) je suis tombée en arrêt sur la recette, la vraie. Allélouia !  Restait à trouver le melon confit, mais c'est fait, donc GO. Il faut juste savoir que ça se prévoit bien longtemps à l'avance ces petites choses-là : 3 jours. Autant dire que la gourmandise est mise à rude épreuve.

Ingrédients :
- 150 g de melon confit
- 50 g de confiture d'abricot
- 300 g de poudre d'amande
- 200 g de sucre glace
- 1 cc de fleur d'oranger
- 2 ou 3 gouttes d'amande amère
- du pain azyme
pour le glaçage royal : 
- 1 blanc d'oeuf
- 150 g de sucre glace


* Hacher le melon confit avec la confiture d'abricot.
* Mélanger dans le bol du robot cette préparation avec la fleur d'oranger, l'amande amère, la poudre d'amande, et le sucre glace. La pâte doit former une boule.
* Abaisser la pâte sur une feuille de pain azyme (la même chose que l'hostie), elle-même sur une feuille de papier sulfurisé, sur 1 cm d'épaisseur, au rouleau à pâtisserie par-dessus une autre feuille de papier sulfurisée.
* Oter la feuille de papier sulfurisée de dessus et laisser sécher la pâte durant 2 heures.
* Découper à l'emporte-pièce les calissons, en récupérant la pâte au fur et à mesure pour l'aplatir jusqu'à épuisement.
* Les poser sur une plaque à pâtisserie et laisser sécher toute une nuit (la première).
* Le lendemain, faire le glaçage royale : monter l'oeuf en neige et ajouter le sucre glace. On doit obtenir une consistance proche de la crème fraîche épaisse. En mettre sur chaque calisson. 
* Laisser sécher une deuxième nuit.

C'est tellement bon, que j'avais 56 pièces avant glaçage, et plus que 52 après. 

samedi 20 novembre 2010

Pain au son d'avoine

Un peu de boulange qui n'en est pas : il n'y a pas de fermentation. On utilise de la levure chimique et pas de boulanger (ni déshydratée, ni fraîche). Mais quand on a suivi Dukan, qu'il nous reste du son d'avoine sur les bras, et que la galette aux sons... ras le pompon, le pain au son d'avoine est une bonne alternative pour l'écluser. Cette recette je l'ai dégotée chez Cléa cuisine . D'ailleurs, à son sujet, elle a écrit un livre qu'il me faut absolument  "Variations potimarron" ; l'occasion pour faire un saut à la F..c prochainement. Hein dis Pôpa Noïel ?




Ingrédients :
- 20 cl de lait (de soja initialement)
- 1 sachet de levure chimique
- 2 oeufs
- 1/2 yaourt (de soja initialement, mais cette fois je l'ai fait avec du fromage blanc, 1/2 pot)
- 300 g de son d'avoine
- 1 cc de sel


* Mélanger tous les ingrédients au robot.
* Verser dans un moule à cake recouvert de papier sulfurisé.
* Cuire à 220° pendant 35 minutes.


On peut aussi mélanger son d'avoine et son de blé. 

vendredi 19 novembre 2010

Foie gras au sel

Depuis que j'ai appris à aimer le foie gras (depuis que je connais Mondoudou en fait), j'essaie chaque année d'en faire un de mes petites mains. J'ai tenté plusieurs fois de le faire en conserve (classique), mais il y a parfois une mauvaise surprise : beaucoup de gras et quasiment pas de "pâté". Du coup j'essaie différentes recettes pour éviter ce problème. Alors cette année ça sera du foie gras au sel, dont j'ai trouvé la recette chez Lavande (Ligne et Papilles). D'après elle on a à l'arrivée le même poids qu'au départ. Pas de perte ? Je suis comme St Thomas,  je veux voir. 

Le voici donc au jour J = 543 g :


Pour l'avoir ainsi j'ai déveiné le foie en suivant la méthode que Lavande met en vidéo sur son blog : à la fourchette. Si si, ça s'fait. Puis je l'ai saupoudré de 8 g de sel et de 4 g de poivre moulu (entre et autour des morceaux). J'ai ensuite formé un boudin avec tous les morceaux en les serrant bien fort à l'aide de film alimentaire (4 feuilles au total). Maintenant il faut que je le laisse dans le frigo 3 jours. 

RDV 3 jours + tard : 543 g. C'est bon.






C'est en effet assez bluffant cette histoire. Même poids à l'arrivée qu'au départ. Du coup tout le gras reste à l'intérieur du foie et il a une onctuosité qu'on ne trouve pas quand il est cuit en boîte. L'assaisonnement est tip top. Rien à y redire, c'est TRES bon. On peut le garder une semaine au frais ou 6 mois au congélo.



jeudi 18 novembre 2010

Modèle unique

Une fois n'est pas coutume, pas de recette aujourd'hui. On va parler broderie. Mais non c'est pas un truc de "vieille". C'est plutôt tendande, dans la veine du Do it yourself. Point de croix, traditionnelle mise aux goûts du jour avec des modèles contemporains, j'en passe et des meilleurs, on a le choix. C'est chouette de manier l'aiguille. Ca devrait même être remboursé par la sécu ! Pour retrouver le calme, se vider la tête, c'est TOP ! Sisi, je vous assure. Parce qu'on ne peut pas non plus passer son temps aux fourneaux n'est-ce pas ? Enfin, tout ça pour vous montrer ma dernière création : un tablier que j'ai fait de mes petites mains avec du tissus acheté au dernier salon des arts créatifs de Toulouse (mi-octobre) et que j'ai agrémenté d'une broderie aux points traditionnels sur le thème de la cuisine toujours, puisque c'est mon blog qui est à l'honneur. Voyez plutôt :



mercredi 17 novembre 2010

Cake au pop corn

Quand j'ai vu cette recette de cake au pop corn dans la lettre de "l'Internaute.com", j'ai trouvé que c'était tellement improbable qu'il fallait que j'essaie. D'autant qu'à priori je n'apprécie pas du tout le  pop corn sucré. Alors pourquoi ne pas essayer de le manger caramélisé dans un gâteau ? Je ne suis pas à un paradoxe près.


Ingrédients :
- 140 g de beurre fondu
- 200 g de sucre en poudre
- 60 g de sucre glace
- 160 g de farine
- 2 cs de sirop d'étable j'avais pas
- 2 oeufs
- 40 g de lait
- 1/2 sachet de levure chimique
- 50 g de maïs à éclater
- 5 cl de crème fraiche liquide

* Faire éclater le maïs.
* Faire fondre 100 g de sucre en poudre pour obtenir du caramel, et le mélanger au pop corn.
 * Mélanger 120 g de beurre fondu avec le sucre glace, la farine et la levure. Puis ajouter le lait tiède, les oeufs un par un et le blanc d'oeuf. On doit obtenir une pâte homogène.
* Ajouter à l'appareil la moitié du pop corn caramélisé.
* Verser dans un moule à cake recouvert de papier sulfurisé, et enfourner à 210° durant 15 minutes, puis à 150° pendant 25 minutes.
* Mettre le cake à refroidir sur une volette, et pendant ce temps faire la sauce caramel : chauffer les 100 g de sucre restant. Quand il est ambré y ajouter la crème fraiche et le beurre passés 1 minute au micro-ondes. Chauffer le tout en mélangeant bien pour rendre la préparation homogène.
* Verser cet appareil sur le cake, et y déposer les pop corns caramélisés restants par dessus.

Résultats : sincèrement, c'est bon, très bon, MAIS, il vaut mieux éviter les pop corns à l'intérieur du gâteau. A moins d'en vouloir assez à ses invités pour qu'ils en perdent leurs chicots... On a juste l'impression de manger un gâteau tellement rempli de fèves qu'on tombe dessus à chaque bouchée. Par contre, le pop corn extérieur couché sur la sauce caramel est du plus bel effet.
Dire que mes beaux-parents ont servi de cobayes sur ce coup-là ; je leur fais de plates excuses. 

mardi 16 novembre 2010

Blinis de Jean Sulpice

Pour celles et ceux  qui ne connaissent pas Jean Sulpice, il s'agit d'un jeune chef savoyard. Mercotte en parle souvent sur son blog, et on l'a encore vu récemment sur M6 lors d'un concours de cuisiniers amateurs au niveau national (les meilleurs participants de l'année du Diner presque parfait). Et il y a quelques temps Mercotte nous a donné la recette des blinis à la pomme de terre et au crabe de ce chef étoilé. La voilà donc avec une petite chantilly au citron de mon cru, car je l'avoue, je ne suis pas fan de la crème fraiche servie telle quelle. Sinon, rien à y redire côté blinis ; c'était savoureux.


Ingrédients pour 4 personnes :
- 80 g de purée de pomme de terre 
- 40 g de chair de crabe
- 115 g de farine
- 2 oeufs entiers + 1 blanc
- 75 g de crème fraiche épaisse
- 75 g de fromage blanc
- 1 botte de ciboulette
- 1 pincée de curry (2cs à soupe pour moi)

* Faire la purée.
* Une fois refroidie y ajouter le crabe, les oeufs, le blanc d'oeuf, la crème fraiche, le fromage blanc, le curry, la farine et l'assaisonner. Laisser cet appareil au frigo une nuit.
* Le lendemain y ajouter la ciboulette ciselée.
* Préparer la chantilly pour la mettre au frigo jusqu'au service : mélanger 10 cl de crème fraiche liquide avec 2 cs de jus de citron et 1 pointe de couteau de piment d'Espelette.
* Dans une poêle chaude faire cuire 1 cs de l'appareil à blinis 2 minutes de chaque côté.

Pour présenter j'ai mis un blinis avec de la chair de crabe que j'avais gardé de côté, et un autre blinis avec par dessus de la chantilly et quelques grains d'oeufs de lump. 
Servis avec des haricots verts parfumés à la ciboulette cela a fait un plat complet.


lundi 15 novembre 2010

Aspic à l'orange et coulis de fraise

Pour faire cet aspic à l'orange et au coulis de fraise, très frais, très light, très fruité, j'ai suivi la recette trouvée dans la lettre de "L'internaute.com". Faute de framboise pour faire le coulis j'ai utilisé des fraises que j'avais congelées cet été. Je vous donne ici la recette pour deux personnes. J'avoue que l'aspect est bizarre, mais comme toute gelée sortie de son contenant. C'est vrai que présenter l'aspic dans une verrine peut présenter plus joliment.


Ingrédients pour deux personnes :
- 20 cl de jus d'orange
- 2 oranges
- 2 feuilles et demie de gélatine
- 1 cl de kirsch (cointreau dans la recette originale)
- 85 g de fraises
- 2 cs de sirop d'agave (ou 25 g de sucre en poudre)

* Mettre la gélatine à tremper dans un bol d'eau froide.
* Peler les oranges à vif pour dégager les segments, et les couper en morceaux (ça sera plus facile à manger).
* Chauffer le kirsch. Hors feu y faire fondre la gélatine bien essorée, et ajouter le jus d'orange.
* Passer un petit verre sous l'eau froide et ne pas le rincer. Y verser les morceaux d'orange (jusqu'à moitié verre) puis la préparation au jus d'orange.
* Couvrir de film alimentaire, et mettre au frigo au moins 6 heures. On peut aussi le faire la veille pour le lendemain.
* Avant le service faire le coulis : mixer les fraises et le sirop d'agave. Le verser soit autour de l'aspic si on le démoule, soit sur l'aspic si on le laisse dans la verrine.

C'est le dessert idéal pour finir un repas un peu lourd. Mais si on veut rendre le dessert encore plus gourmand, pourquoi ne pas le présenter avec un petit moelleux au chocolat... ?

dimanche 14 novembre 2010

Cake au citron de Pierre Hermé

L'autre jour je voulais faire un cadeau gourmand pour remercier la grand-mère des petiots pour son aide et ses conseils en couture. Oui, parce que je me lance dans la couture. La vraie hein, pas juste l'ourlet et les boutons... Donc il était hors de question que je me rate sur ce coup-là ; il fallait que mon gâteau soit excellent. J'ai donc tenté le cake au citron de Pierre Hermé, dont j''avais vu la recette sur le blog de Mercotte.


Ingrédients :
- 375 g de farine
- 3/4 cc de levure chimique
- le zeste de 3 citrons
- 400 g de sucre en poudre
- 6 oeufs moyens à température ambiante
- 190 g de crème fleurette
- 3,5 cs de rhum blanc
- 1 pincée de sel
- 135 g de beurre clarifié
pour le sirop :
- 150 g d'eau
- 65 g de sucre
- 2 cs de jus de citron

* Parfumer le sucre avec les zestes de citron en les frottant avec les doigts. Le laisser reposer 10 minutes.
* Fouetter (au robot) le sucre et les oeufs 5 minutes. Le mélange doit être mousseux et pâle.
* Ajouter la crème fraiche, le rhum et le sel, en mélangeant tout le temps.
* Ajouter la farine additionnée de la levure, en 3 fois. L'appareil doit être épais et onctueux.
* Finir avec le beurre clarifié et refroidi, très lentement.
* Enfourner sans attendre à 160° dans les moules à cake chemisés pendant 1 heure.
* Pendant ce temps faire le sirop : porter à peine à ébullition l'eau et le sucre. Le sirop refroidi, y verser les 2 cs de jus de citron.
* Démouler les cakes sur la volette, les badigeonner de sirop et laisser refroidir.

Remarque : la recette est donnée pour 2 moules à cake de 19cm x 9cm. Je l'ai fait dans un moule de 25x11 cm et il me restait donc plein de pâte. J'ai donc pu faire 12 muffins. Mais l'appareil ayant dû patienter au frigo, les gâteaux n'ont pas levé, contrairement au cake qui s'avérait parfait. Les "muffins" étaient néanmoins très bons, et le cake excellent au dire de la mamie des petits.

samedi 13 novembre 2010

Risotto aux lardons et noisettes

J'avais pas dit que j'allais faire quelques une des recettes de Valéry Drouet ? Voilà le risotto aux lardons et noisettes, toujours tiré de son livre "Risotto bellissimo !". Un vrai régal. 


Ingrédients pour 2 :
- 1/2 oignon finement ciselé
- 1 cs d'huile (de noisette)
- 100 g de riz arborio
- 7,5 cl de vin blanc sec
- 100 g de lardons dorés à la poêle
- 40 g de noisettes grossièrement concassées et grillées à la poêle
- 25 g de beurre
- 30 g de parmesan râpé
- du bouillon de poule chaud

* Dans une sauteuse, faire fondre l'oignon dans l'huile.
* Ajouter le riz et le faire nacrer.
* Mouiller de vin blanc et le faire bouillir 4 ou 5 minutes.
* Mouiller de bouillon chaud louche après louche, régulièrement, en veillant à ce qu'il ait bien imbibé le riz. La cuisson dure 18 minutes.
* Hors feu ajouter les lardons, les noisettes, le beurre et le parmesan.
* Servir le risotto à la vague, donc dans une assiette creuse.


Trop bon !


vendredi 12 novembre 2010

Crème brûlée façon tatin

Encore une tatin ???? Ben oui, je suis atteinte de tatinade aigüe. Donc après une tarte totalement ratée dont je vous ai fait grâce et un gâteau, il a fallu que j'essaie la crème brûlée façon tatin. Après ? j'sais pas. Ca dépend ; si une recette se présente qui peut savoir... Donc cette douceur je l'ai retrouvée dans le livre de José Maréchal "Crèmes brûlées, la véritable recette et ses 38 variations" aux éditions Petits plats Marabout. 




Ingrédients pour 2 personnes :
- de la cassonade
- 2 jaunes d'oeuf
- 17 cl de crème fraiche liquide
- 6 cl de lait
- 35 g de sucre en poudre
- 1/2 gousse de vanille
pour les pommes caramélisées :
- 2 pommes
- 12 g de beurre demi-sel
- 25 g de sucre en poudre


* Préparer les pommes : faire légèrement caraméliser le sucre dans une petite poêle, y mettre le beurre et les pommes (pelées, épépinées, et coupées en 8) à cuire sur feu doux 2 à 3 minutes. Laisser refroidir.
* Préparer la crème :
- Couper la gousse de vanille en deux pour racler les graines (graines et gousse) et les verser dans le lait. Le chauffer dans une casserole à feu doux.
- Dans un saladier fouetter énergiquement les jaunes d'oeufs et le sucre en poudre. Ajouter la crème froide. Bien mélanger, et verser le lait chaud. Bien fouetter encore pour dissoudre l'ensemble.
- Mettre l'appareil au frigo au moins 2 heures.
* Cuisson :
- Préchauffer le four à 95°, et préparer le plat pour le bain-marie.
- Répartir les pommes cuites dans les petits pots en terre cuite, et verser par-dessus la crème sortie du frigo.
- Enfourner 1 heure à 1h15. Les crèmes doivent être tremblantes et juste prises.
- Une fois refroidies mettre les crèmes au frigo jusqu'au moment du service.
* Service : saupoudrer de la cassonade sur chaque petit pot et passer le chalumeau pour caraméliser le sucre.




Petite remarque : j'ai beau avoir divisé les ingrédients par deux pour ne faire que 2 petits pots, et ben ça n'a pas râté, je me suis retrouvée avec 3 petits pots. C'est pas merveilleux ? Trop dur, va falloir se dévouer pour manger le pot supplémentaire... 



jeudi 11 novembre 2010

Gâteau tatin


En ce moment tous mes desserts contiennent des pommes ? Y'a pas de mystère : j'ai été en ramasser lors du WE du 1er novembre, et je suis revenue du verger avec 4 kg de Fugi. Très bonne idée que celle des exploitants que de nous laisser les ramasser pour un prix dérisoire (50 centimes le kg !). Dommage qu'ils ne fassent ça qu'un WE par an. En tout cas, belle-maman et moi y retournerons l'an prochain, ça c'est sûr. D'autant que c'est une activité bien agréable. 
Du coup, j'essaie plein de recettes avec des pommes. Et comme j'ai raté de façon magistrale une tarte tatin (le temps que je me rende compte que ça sentait un peu trop le caramel, et ma tarte  avait brûlé)  j'ai essayé le gâteau tatin aux pommes d'Anne. Et là, ça a marché. Non mais !


Ingrédients :
- 4 pommes
- 15 g de beurre
- 50 g de sucre en poudre
pour la pâte :
- 1 yaourt nature entier (que j'ai remplacé par un fromage blanc 0%)
- 2 pots de sucre en poudre (comme j'ai mis du rapadura : 1 pots 1/2)
- 3 pots de farine
- 50 g de beurre mi-fondu
- 3 oeufs
- 1 sachet de levure chimique

* Mélanger tous les ingrédients de la pâte.
* Couper les pommes épluchées en 8.
* Dans un moule à manqué faire fondre le beurre et le sucre sur feu doux. Ne pas attendre qu'ils fassent du caramel.
* Hors feu, répartir les pommes, et étaler la pâte par dessus.
* Enfourner à 180° durant 45 à 50 minutes dans le bas du four (sur la position 2 chez moi).
* Démouler dès la sortie du four à l'envers sur le plat de service.

Ma pâte a une jolie couleur café parce que j'ai utilisé le sucre rapadura : il est foncé parce qu'il est complet, absolument pas raffiné.
Rien ne vous empêche de manger le gâteau avec une crème anglaise, ou une boule de glace à la vanille, par exemple...